L’âge des lumières et des cérémonies, gestes courtois, codes cruels, aube de musique et de foi. Murmurez « Moyen-âge », et soudain le jour se lève pour de vrai. Laissez dormir au loin l’amas des armures et des masses, tourner à vide le manège du choléra, de la peste-au reste, avec les épidémies, avons-nous de nouvelles leçons à donner ? Le Moyen-âge est une gare centrale, une genèse, où l’on peut suivre, ligne après ligne, l’avènement de notre monde. Occidental, oriental, de tous les pôles, un théâtre à rendre fou, mais fou d’amour.

On connaît « Les Chevaliers de la Table ronde ». Enfin… Disons que chacun croit connaître leur histoire : un roi que tout le monde appelle Arthur, une connue Guenièvre qui passe pour jolie dame et des soldats fidèles ; tous ont fait vœu de retrouver ce sacré Graal- si l’on en croit l’antique document filmé par les Monty Python. Il faut se ravir. Médiévistes éminents, Martin Aurell et Michel Pastoureau publient chez Gallimard une traduction des différents livres constituant cet enchevêtrement de narrations.

« Les chevaliers de la Table ronde, romans arthuriens » (collection Quarto 1080 p. 34 €) nous offrir comme sur un plateau les versions successives de la geste aux épées.

« L’imaginaire est toujours à la fois le modèle et le reflet de la réalité, notent les deux hommes de science. L’anthroponymie n’échappe pas à la règle. Longtemps les sociologues ont observé comment certains livres, puisque les films ou feuilletons télévisés ont exercé une influence circonstancielle sur la vogue des prénoms. Ce que l’on sait moins, en revanche, c’est que ce phénomène culturel se rencontre déjà au Moyen-âge. »

Les romans arthuriens connaissant le succès bien au-delà de la noblesse à partir des années 1250, on voit naître des Gauvin, Lancelot, Perceval et Tristan. N’est-ce pas miraculeux ?

Certains pensaient qu’à l’origine de toute cette histoire on trouvait Lucius Castus Artorius, dalmate militaire envoyé du côté de York- il avait dû, le pauvre homme, regretter le climat de son enfance. Mais non… Suivant Aurell et Pastoureau, c’est au cinquième siècle que la légende se forge. » Où ? Quand ? Commentaire ? C’est un mystère dont les aventures contées par Geoffroi de Monmouth ou Chrétien de Troyes ne cessent d’exhaler le parfum, formidable épopée pour l’été.

Si le goût des voyages vous conduit, du mois de juillet jusqu’au mois d’août, du côté de la Lorraine, du Loiret, du côté même de la Normandie, c’est que la fameuse petite Jeanne a choisi de partir avec vous . Claude Gauvard, professeure émérite à la Sorbonne, dresse le portrait de la bergère qui a vécut le prophète.

« Jeanne d’Arc » (Gallimard, 189 p. 18 €) se présente en merveille de clarté, de concision, mise à jour des recherches contemporaines au service du grand public. « La séparation des territoires était loin d’être simple, écrit Claude Gauvard. Le village de Domrémy, là où se trouve la maison des parents de Jeanne, ne dépendait pas directement du roi de France. Le seigneur de Bourlémont le répartit en fief du duc de Bar qui, pour cette partie de son duché, devait lui-même prêter hommage au roi. A quelques centaines de mètres de la maison, vers le nord, de l’autre côté du ruisseau des Trois Fontaines, le village de Greux – et quelques habitations du village de Domrémy– relevait lui directement, de la couronne de France. »

Ainsi l’histoire est-elle façonnée par la géographie, le droit, la place des sujets dans un réseau de fidélités. Tout cela nous paraît lointain : loin des ambitions, loin des arceaux des carrières à conduire aujourd’hui. Mais ce Moyen-âge tout vivant, qui palpite dans notre cœur, ah oui, vraiment, comment ne pas le saisir ?

En coda, nous vous voudrions à vous divertir, à conjurer les horreurs de la guerre, à tourner les batailles à la blague. Avec un humour inspiré de Rabelais, bonne humeur et véritable humilité, Jean Teulé présente « Azincourt par temps de pluie » (Mialet-Barrault, 200 p. 19 €). Du désastre militaire, l’auteur décline le récit sous une forme romancée, qui ne se relève pas du heaume, et cependant s’appuie sur des faits qu’il veille à vérifier. Le romancier du temps passé s’amuse et nous amuse ; il jongle avec les drames pour ne pas en pleurer. L’essentiel est reconnu, puisqu’il place à l’orée comme à la fin de la bataille un hommage tendre au chevalier-poète Charles d’Orléans (1394-1465), lequel, prisonnier vingt-cinq années des anglais, profita de son exil pour devenir écrivain-poète.

Au sein de l’anthologie d’André Gide, sur pioche d’Orléans ces quelques mots :

« Priant à Dieu, qu’avant qu’aye vieillesse/ Le temps de paix partout puist avenir/ Comme de cueur j’en ay la désirance/ Et que voye tous tes maulx brief finir/ Trescrestien, franc royaume de France ! »

Il est des rimes qui valent tous les défilés. Quand le soldat a vaincu penche son front sur les malheurs du jour, il songe, encore et toujours, au village bouleversé de son enfance. Désir et France ? A l’invention des mots, la patrie se doit reconnaissance.



Lien source

Laissez votre commentaire