Les positions éthiques au sein du nouveau gouvernement au sujet de la fin de vie inquiètent. Le journal Gènéthique, qui se revendique comme le premier site d’actualité bioéthique, rappelle en effet que la nouvelle ministre de la Santé et de la Prévention, Brigitte Bourguignon, est favorable à l’euthanasie. L’Association pour le droit de mourir dans la dignité a immédiatement évité sa nomination sur Twitter.

Damien Abad n’est pas d’accord

En 2018, Brigitte Bourguignon estimait déjà que «d’un point de vue législatif, […] il ne manque pas grand-chose. On a déjà accepté la sédation totale mais certains cas peuvent demander une aide plus active.» Durant son mandat, l’ancien ministre de l’Autonomie devrait fonctionner avec Damien Abad, nouveau ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées -si le scandale sexuel que l’entoure actuellement ne le mène pas à la démission. L’ancien président du groupe Les Républicains de l’Assemblée nationale préfère poursuivre l’amélioration et le développement des soins palliatifs, qui ne sont pas encore opérationnels sur tout le territoire.

Par ailleurs, le président réélu en avril, Emmanuel Macron, lui aussi des positions tranchées sur les sujets d’éthique, favorables à l’aide active à mourir, résolument opposés à la gestation pour autrui (GPA). Néanmoins, si 75 % des Français semblent préférer la légalisation de l’euthanasie, seuls 3 % des patients eux-mêmes en soins palliatifs voudraient y avoir accès, selon un sondage récent.



Lien source

Laissez votre commentaire